partager l'article

Le don

Les plateformes de don sont les premières plateformes de crowdfunding à avoir vu le jour. Elles se situent un peu à part des autres plateformes, tant sur le type de projets financés que sur le public visé (et sur le succès rencontré). En effet, le fondement plutôt philanthropique, ne générant pas de rendement pour l'investisseur, aurait pu laisser présager d'un échec du concept. 

 

En réalité, ce fut (et c'est toujours !) un grand succès, mais pas auprès du public habitué à investir son épargne. Le système de contreparties extra-financières liées au financement du projet résonne plus auprès d'un public qui cherche à donner du sens à son épargne, mais avec pour "plus-value" une partie de la réalisation du projet. Par exemple, ce type de financement est très adapté à des œuvres culturelles, pour lesquelles des places pour les représentations futures (dans le cas d'un spectacle) peuvent être attribuées en fonction du montant donné. 

 

Certaines sociétés commerciales effectuent également des lancements de produits sur des plateformes de don afin d'évaluer la demande pour le nouveau produit. Dans ce cas-là, la contrepartie est le produit futur, et l'utilisation de la plateforme de don se substitue à un système de préventes auprès de ses clients, mais avec une audience beaucoup plus large. 

 

À part dans l'environnement du crowdfunding, car non-financier pour le donateur, ces plateformes ont trouvé leur public et montrent une étonnante stabilité de collecte dans le temps. Elles expriment parfaitement la volonté des épargnants de donner du sens à leur épargne. S'agissant du financement des acteurs du monde de la culture, ce moyen de financement semble même tout adapté et sans réelle concurrence.

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

Le financement participatif (Crowdfunding)
Le crowdfunding equity

Le Crowdfunding Equity, ou financement participatif en actions, est le deuxième type de plateforme de crowdfunding à être apparu à la fin des années 2000 (en 2008 en France). Ici, l'idée est de couvrir les deux aspects du crowdfunding : la quête de sens des épargnants, mais également le rendement potentiel.

Le financement participatif (Crowdfunding)
Le crowdfunding obligataire / immobilier

Après le don et les actions, ce sont les obligations qui furent explorées par les plateformes de crowdfunding. Avec une forme de logique, le financement participatif en capital ayant du mal à trouver son public d'investisseurs, les différentes plateformes de l'époque ont alors cherché d'autres instruments financiers avec lesquels les Français se sentaient plus à l'aise.

Le financement participatif (Crowdfunding)
Les royalties

Les royalties sont le dernier-né des types de financement participatif. Les premières plateformes sont anglo-saxonnes, mais certains acteurs sont arrivés en France ces dernières années (notamment en immobilier, où les acteurs se bousculent). 

Le financement participatif (Crowdfunding)
Le don

Les plateformes de don sont les premières plateformes de crowdfunding à avoir vu le jour. Elles se situent un peu à part des autres plateformes, tant sur le type de projets financés que sur le public visé (et sur le succès rencontré). En effet, le fondement plutôt philanthropique, ne générant pas de rendement pour l'investisseur, aurait pu laisser présager d'un échec du concept. 

Vous souhaitez aller plus loin ?

Retrouvez nos questionnaires de connaissance ou démmarez un MOOC