partager l'article

Les produits structurés

Les produits structurés sont une utilisation des produits dérivés mélangés à une obligation pour proposer une solution de placement relativement sécurisée par les intermédiaires financiers (banques et CGP principalement), tout en s'exposant à des marchés volatils. 

 

En tant que solution synthétique, les produits structurés ne sont pas faciles à comprendre. Ils présentent un sous-jacent (une action ou un indice en général) et proposent un rendement fixe (la base obligataire) prévu à l'avance, sauf en cas de réalisation d'hypothèses jugées peu probables sur le sous-jacent. 

 

Les hypothèses sont en général au nombre de trois :

  • L'hypothèse standard, pour laquelle le produit fonctionne normalement et sert le rendement prévu.
  • L'hypothèse négative, pour laquelle le produit protège le capital investi (mais brut de frais !).
  • Et l'hypothèse extrême, dans le cas où le sous-jacent diminue de manière considérable (souvent 40 à 60%) et où l'intégralité des fonds est perdue. 

Cette prévisibilité dans le rendement ainsi que la protection du capital investi ont un coût. Les frais de gestion de ce type de solutions de placement sont très élevés (autour de 3% / an). 

 

De plus, ces produits sont difficiles à comprendre. Seules les promesses de rendement ainsi que la protection du capital sont affichées de manière simple et permettent aux intermédiaires de vendre plus facilement ce type de produits qui, de par leurs frais importants, sont très rentables pour les intermédiaires. Ceci d'autant plus que les événements extrêmes qui annuleraient la protection du capital sont rares. 

 

Ils peuvent même être présentés comme « garantis » (ce qui est illégal), alors que les investisseurs peuvent tout perdre. 

 

Enfin, dernière note à ce sujet, le fonctionnement du produit fait que l'établissement qui gère le produit est toujours gagnant. Si l'hypothèse standard est réalisée, le différentiel entre le rendement servi (et connu à l'avance) et le rendement réellement généré est gardé par la société de gestion (en plus des frais perçus !). Dans l'hypothèse extrême, le capital investi est perdu, mais les frais durant la vie du produit auront bien été payés. 

 

Donc pile je gagne, face tu perds !

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

Les produits dérivés
Les warrants

Les warrants sont des instruments financiers dérivés qui donnent à leur détenteur le droit, mais non l'obligation, d'acheter ou de vendre un actif sous-jacent à un prix déterminé (prix d'exercice) avant une date d'expiration spécifiée. Ils sont émis par des institutions financières telles que des banques ou des sociétés de courtage.

Les produits dérivés
Les CFD

Les CFD, ou contrats pour la différence (Contract for Difference en anglais), sont des instruments financiers dérivés qui permettent aux investisseurs de spéculer sur la variation des prix d'un actif sous-jacent sans avoir à détenir physiquement cet actif. Les CFD sont des contrats conclus entre un investisseur et un courtier ou une plateforme de trading en ligne.

Les produits dérivés
Les produits structurés

Les produits structurés sont une utilisation des produits dérivés mélangés à une obligation pour proposer une solution de placement relativement sécurisée par les intermédiaires financiers (banques et CGP principalement), tout en s'exposant à des marchés volatils. 

Les produits dérivés
Les options

Les options sont des contrats qui donnent à l'acheteur le droit, mais non l'obligation, d'acheter (option d'achat ou call) ou de vendre (option de vente ou put) un actif sous-jacent à un prix prédéterminé, appelé prix d'exercice ou strike, avant une date d'expiration.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Retrouvez nos questionnaires de connaissance ou démmarez un MOOC