partager l'article

Les néo-banques

Les néo-banques sont apparues récemment et proposent des services bancaires (souvent partiels) sans pour autant être des banques. En effet, elles "louent" l'agrément bancaire d'une banque et exercent leur activité sous la responsabilité de cette même banque.

 

Elles sont presque uniquement en ligne (sauf Compte Nickel qui passe par les buralistes également) et proposent des services ciblés assez basiques : des comptes chèques et des cartes bancaires. Le fait de déléguer la gestion bancaire leur permet de se positionner sur des segments de communication très précis et d'accompagner les services bancaires proposés d'autres services propres à ces segments de communication.

 

Ont ainsi émergé un certain nombre de néo-banques "vertes", dont la communication sur le fait qu'elles dépendent de la banque avec laquelle elles travaillent n'est pas toujours très transparente. En effet, elles promettent parfois qu'aucun euro déposé sur leurs comptes ne sera investi dans les énergies fossiles alors que c'est techniquement impossible si la banque avec laquelle elles travaillent finance des entreprises de ce secteur. Elles proposent par contre des services complémentaires intéressants tels que l'analyse des dépenses et leur "intensité carbone", des actions philanthropiques allant dans le sens des convictions de leurs clients, ...

 

Ces acteurs ne proposent pas de crédit, mais de plus en plus endossent d'autres rôles d'intermédiaire tels que le courtage en assurance ou le conseil en investissement financier afin de pouvoir proposer des placements à leurs clients.

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

Les intermédiaires indirects
Le conseiller en gestion de patrimoine (CGP)

Il s'agit d'une alternative aux banques pour les épargnants, permettant principalement d'effectuer des placements financiers et des souscriptions à des contrats d'assurance. Ils n'ont pas le droit de disposer des fonds de leurs clients et se contentent d'effectuer la mise en relation et le devoir de conseil entre des épargnants souhaitant placer leur argent et des institutions financières créant et gérant des solutions de placement (assureurs, sociétés de gestion, …). 

Les intermédiaires indirects
Le courtier en crédit immobilier

Le courtier en crédit immobilier détient des conventions de partenariat avec une ou plusieurs banques. Ces dernières sont prêtes à payer (le courtier) pour acquérir de nouveaux clients désireux d'emprunter pour acheter un bien immobilier, surtout si leur profil les intéresse (revenus élevés, potentiel, ...).

Les intermédiaires indirects
Le conseil en investissement financier (CIF)

Sous-catégorie des CGP (beaucoup de CGP disposent de ce statut), le conseil en investissement financier permet de "proposer un produit de placement précis à un client précis dont le besoin a été identifié lors de la découverte du prospect ou client". Dit autrement, ce statut juridique autorise le CGP à être rémunéré par une société de gestion pour avoir proposé et distribué l'un de leurs produits de placement.

Les intermédiaires indirects
Les prestataires de service de paiement (PSP)

Les prestataires de service de paiement sont des intermédiaires d’intermédiaires ! 

Les intermédiaires indirects
Le courtier en assurance

Cette catégorie d’intermédiaire est un sous-ensemble des CGP (à l’instar des CIF). 

Les intermédiaires indirects
Les néo-banques

Les néo-banques sont apparues récemment et proposent des services bancaires (souvent partiels) sans pour autant être des banques. En effet, elles "louent" l'agrément bancaire d'une banque et exercent leur activité sous la responsabilité de cette même banque.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Retrouvez nos questionnaires de connaissance ou démmarez un MOOC