partager l'article

Le conseil en investissement financier (CIF)

Sous-catégorie des CGP (beaucoup de CGP disposent de ce statut), le conseil en investissement financier permet de "proposer un produit de placement précis à un client précis dont le besoin a été identifié lors de la découverte du prospect ou client". Dit autrement, ce statut juridique autorise le CGP à être rémunéré par une société de gestion pour avoir proposé et distribué l'un de leurs produits de placement.

 

Tous les CGP ne disposent pas de ce statut juridiquement contraignant. En effet, celui de courtier en assurance, présentant moins de contraintes, permet de distribuer presque toutes les mêmes solutions de placement au travers d'un contrat d'assurance-vie.

 

À noter que depuis la réglementation MIF2, deux statuts de CIF sont distincts : le CIF indépendant, qui n'a pas le droit de percevoir de commission et ne se rémunère que grâce aux honoraires facturés directement au client, et le CIF non indépendant qui, lui, peut percevoir des commissions moyennant une "amélioration de la qualité du service rendu au client sur la durée".

 

Cette distinction a été introduite à la demande de l'ESMA, régulateur européen, afin de limiter les différences entre les pratiques du marché européen du conseil financier, notamment vis-à-vis de pays interdisant purement et simplement les commissions. À ce jour cependant, la quasi-intégralité des CIF pratiquent de manière non indépendante. Un cumul de facteurs explique ce fait : 1) la différence de statut n'est pas facile à détecter (certains jouent avec les mots pour faire croire à leur “indépendance”), 2) nous ne sommes pas habitués à payer directement en tant que client et 3) la différence de rémunération entre les deux statuts est telle (et ce pour les mêmes obligations juridiques) que peu de CIF osent l'indépendance.

 

Cependant, si l'on souhaite obtenir un vrai “conseil” tout en évitant tout risque de conflit d'intérêt avec le CIF rencontré, il est fortement recommandé de faire appel à un CIF indépendant. Le prix semblera surement plus élevé, mais on est certain que son seul objectif est de répondre à notre besoin.

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

Les intermédiaires indirects
Le conseiller en gestion de patrimoine (CGP)

Il s'agit d'une alternative aux banques pour les épargnants, permettant principalement d'effectuer des placements financiers et des souscriptions à des contrats d'assurance. Ils n'ont pas le droit de disposer des fonds de leurs clients et se contentent d'effectuer la mise en relation et le devoir de conseil entre des épargnants souhaitant placer leur argent et des institutions financières créant et gérant des solutions de placement (assureurs, sociétés de gestion, …). 

Les intermédiaires indirects
Le courtier en crédit immobilier

Le courtier en crédit immobilier détient des conventions de partenariat avec une ou plusieurs banques. Ces dernières sont prêtes à payer (le courtier) pour acquérir de nouveaux clients désireux d'emprunter pour acheter un bien immobilier, surtout si leur profil les intéresse (revenus élevés, potentiel, ...).

Les intermédiaires indirects
Le conseil en investissement financier (CIF)

Sous-catégorie des CGP (beaucoup de CGP disposent de ce statut), le conseil en investissement financier permet de "proposer un produit de placement précis à un client précis dont le besoin a été identifié lors de la découverte du prospect ou client". Dit autrement, ce statut juridique autorise le CGP à être rémunéré par une société de gestion pour avoir proposé et distribué l'un de leurs produits de placement.

Les intermédiaires indirects
Les prestataires de service de paiement (PSP)

Les prestataires de service de paiement sont des intermédiaires d’intermédiaires ! 

Les intermédiaires indirects
Le courtier en assurance

Cette catégorie d’intermédiaire est un sous-ensemble des CGP (à l’instar des CIF). 

Les intermédiaires indirects
Les néo-banques

Les néo-banques sont apparues récemment et proposent des services bancaires (souvent partiels) sans pour autant être des banques. En effet, elles "louent" l'agrément bancaire d'une banque et exercent leur activité sous la responsabilité de cette même banque.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Retrouvez nos questionnaires de connaissance ou démmarez un MOOC