partager l'article

Les arbres en direct

À ce jour, deux acteurs proposent aux particuliers et aux entreprises d'acheter des arbres en direct : Ecotree et Treesition.

 

Leur point commun est de vous proposer d'acheter un ou plusieurs jeunes arbres individuellement, à partir de quelques dizaines d'euros, puis d'attendre que les arbres arrivent à maturité pour ensuite en récolter les fruits avec la coupe, la revente voire la transformation du bois.

 

Une fois que l'on a dit ça, leurs modèles sont assez distincts :

 

  • Ecotree propose d'acheter des jeunes pousses dans des forêts qu'ils détiennent, un peu à l'instar des fonds forestiers, mais en offrant la possibilité d'acquérir les arbres unitairement. L'horizon d'exploitation est propre à chaque arbre / essence, et de très long terme (20 à 120 ans).
  • Treesition proposent, eux, de louer des parcelles non utilisées par des agriculteurs afin d'y planter une essence spécifique de bois à croissance rapide qui permet une récolte à une échéance de 10 ans.

 

Les approches diffèrent donc, à la fois philosophiquement et financièrement. 

 

Dans le premier cas, l'investissement s'effectue à très long terme (minimum 20 ans), dans le prolongement du développement endémique de chaque forêt. Ce qui implique le respect des essences de bois de chaque forêt ainsi que de la biodiversité gravitant autour. Le rendement cible n'est donc pas plus beaucoup plus important que dans les autres actifs forestiers (entre 2% et 4% / an), mais le rendement non financier ne concerne pas que la séquestration de CO². En effet, en s'inscrivant dans une approche de long terme respectant les essences de chaque forêt, l'objectif est au moins autant de protéger et favoriser un écosystème en incluant sa biodiversité que de séquestrer du CO² grâce à la pousse des arbres.

 

Dans le second, l'objectif est clairement le rendement financier. Ce qui leur permet d'afficher un objectif de rentabilité de 10% / an à un horizon de temps qui est comparable à certains produits de placement traditionnels. Mais dans ce schéma, il est clair que l'impact se limitera à la séquestration de CO², les essences de bois utilisées étant originaires d'Asie. Cependant, cette offre répond à des besoins d'investisseurs différents (tout le monde ne peut pas se permettre d'immobiliser son épargne plus de 20 ans) et présente l'avantage de contribuer à l'absorption du CO² que nous émettons au travers de nos activités.

 

 

D'un point de vue juridique, il s'agit de financement participatif adapté aux arbres. Ce qui a plusieurs implications, notamment le fait qu'en cas de faillite de ces plateformes, vous êtes bien propriétaire de vos arbres et la liquidation de la société n'entraine pas la perte de l'investissement. 

 

Le point d'ombre est ce qu'il advient des forêts en cas de faillite de la plateforme. Puisque les arbres sont détenus individuellement, qui gère la forêt ? Est-ce que la propriété de la forêt inclut autre chose que les arbres, dans quels cas les investisseurs ne seraient pas les seules parties prenantes ? Est-ce qu'un autre acteur (gestionnaire d'actifs) pourrait se porter acquéreur de la forêt dans ce cas et dans quelles conditions financières ? 

 

Si le volet juridique et de la propriété des arbres est bien abordé dans les FAQ de ces plateformes, la continuité en cas de faillite n'est pas claire. Peut-être qu'ils disposent d'un plan de continuité, mais je n'ai pas réussi à trouver des informations à ce sujet.

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

Les actifs naturels
Les arbres en direct

À ce jour, deux acteurs proposent aux particuliers et aux entreprises d'acheter des arbres en direct : Ecotree et Treesition.

Les actifs naturels
Les champs et le fermage

Il est possible d'investir dans les champs et le fermage, à l'instar de ce que l'on peut faire dans les vignes, mais ce type d'investissement en actifs naturels est nettement moins démocratisé que les autres.

Les actifs naturels
Les fonds forestiers

Les fonds forestiers sont la première catégorie d'actifs naturels à avoir été organisés pour permettre un investissement mutualisé agréé par l'AMF.

Les actifs naturels
Les vignes

L'investissement dans les vignes est encadré par la réglementation depuis 1970 et la création de sociétés civiles spécifiques : les groupements fonciers viticoles (GFV).

Vous souhaitez aller plus loin ?

Retrouvez nos questionnaires de connaissance ou démmarez un MOOC