partager l'article

Les vignes

L'investissement dans les vignes est encadré par la réglementation depuis 1970 et la création de sociétés civiles spécifiques : les groupements fonciers viticoles (GFV).

 

Réglementés, mais pas ouverts à la souscription au grand public. Ce qui implique que le nombre d'investisseurs est limité (cadre du placement privé, 150 maximum) et que ces produits ne peuvent pas faire l'objet de campagnes de communication. 

 

Il existe aujourd'hui de nombreux GFV, dépendant des vignobles et appellations d'origine contrôlée. Ces produits de placement ne sont pas agréés par l'AMF et peuvent donc faire l'objet d'arnaques. Cela arrive régulièrement, et il faut rester vigilant à toute promesse semblant trop belle pour être vraie (ce qui est dans tous les cas un bon réflexe !).

 

France Valley propose une solution réglementée par l'AMF, la Foncière Champenoise, sous forme de Société Anonyme (SA - Foncière Viticole).

 

Dans tous les cas, l'idée est plus ou moins la même : en acquérant des parts de fonds viticole, vous devenez propriétaire (partiellement) de vignes et louez à l'exploitant les vignes afin qu'il les exploite. Les revenus générés le sont donc sous forme de “loyers” ou fermage. Le rendement global (loyers + revalorisation du prix du foncier viticole) s'élève à environ 2.5% / an. 

L'échéance de placement est de long terme, 10 années au minimum. La liquidité est d'autant moins présente que le nombre d'investisseurs potentiels est limité sur des GFV. Pour ce qui est de la Foncière Champenoise, l'appel public à l'épargne permet une plus grande capacité de collecte, mais ce type de produit reste tout de même confidentiel et la liquidité potentielle est non garantie.

 

Souvent, les loyers sont payables en bouteille des exploitants à prix négociés. Ce qui fait que ce type d'investissement est souvent présenté comme un investissement “plaisir”. 

 

Mais les atouts vont bien au-delà :

 

 

  • Maintient des terres agricoles et de l'exploitation locale : Les prix du foncier viticole de régions sous AOC (notamment les plus réputées) ont fortement augmenté au cours des dernières décennies, à la faveur du rayonnement mondial des vins d'exception français. En conséquence, il devient de plus en plus difficile pour les vignerons d'acquérir des exploitations. Pour ceux qui partent à la retraite, de trouver des repreneurs locaux. Les fonds viticoles permettent la conservation et l'exploitation de ce patrimoine par les viticulteurs de ces terroirs.

 

  • Amélioration des pratiques : les gestionnaires de ces fonds peuvent accompagner les exploitant dans la mise en œuvre de pratiques d'exploitation plus respectueuses de l'environnement. Notamment l'usage des pesticides, intrants chimiques ou modes de récolte.

 

  • Et comme toujours avec les actifs naturels, un investissement simple à comprendre, qui fait sens, ancré dans les territoires et adapté aux cycles naturels.

 

 

Ces autres articles pourraient vous intéresser :

Les actifs naturels
Les arbres en direct

À ce jour, deux acteurs proposent aux particuliers et aux entreprises d'acheter des arbres en direct : Ecotree et Treesition.

Les actifs naturels
Les champs et le fermage

Il est possible d'investir dans les champs et le fermage, à l'instar de ce que l'on peut faire dans les vignes, mais ce type d'investissement en actifs naturels est nettement moins démocratisé que les autres.

Les actifs naturels
Les fonds forestiers

Les fonds forestiers sont la première catégorie d'actifs naturels à avoir été organisés pour permettre un investissement mutualisé agréé par l'AMF.

Les actifs naturels
Les vignes

L'investissement dans les vignes est encadré par la réglementation depuis 1970 et la création de sociétés civiles spécifiques : les groupements fonciers viticoles (GFV).

Vous souhaitez aller plus loin ?

Retrouvez nos questionnaires de connaissance ou démmarez un MOOC